Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 13:35

                                Droits de l'homme

Afin d'éviter toutes confusions et que l'on ne m'accuse pas de racisme, le mot "étranger" ne sert qu'à désigner nos amis voisins de tous pays, n'ayant pas la nationalité Française.

Lorsque les droits des citoyens ne sont plus respectés et que par ignorance le peuple ne trouve rien à redire, le terme même de "citoyen" ne veut plus rien dire. C'est sans aucun doute le but de nos soi-disant "représentants" mondialistes qui recherchent à tout prix des voies électorales pour faire face à une abstention toujours grandissante.

Une chose essentielle à savoir est que, toutes les constitutions faites depuis la révolution font toujours références à un seul texte d'une importance capitale, puisqu'il est le berceau de la démocratie et qui est : La déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. (DDHC)


Ce que nos concitoyens doivent savoir, c'est que nos représentants (assemblée nationale) n'en font jamais référence, sinon que pour tenter d'imposer aux autres pays une décision en leur rappelant l'origine des droits de l'homme, ce que fait abondamment Sarkozy. Il est dommage qu'aucun président étranger n'est eut le réflèxe de lui demander de bien vouloir lui rappeler ce que contenait cette DDHC de 1789. Il est clair que 99,99% d'entres eux en seraient bien incapable. Il ne comporte pourtant qu'un préambule et 17 articles d'une précision et d'une simplicité intuitive redoutable.

Pour en revenir au sujet principal du "droit de vote aux étrangers", il faut rappeler l'article 3 de cette DDHC :


"Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément."

 

Ces droits naturels, sacrés et inaliénables nous rappellent que pour exercer sa souverainté au sein d'une nation, (dont le vote est lui-même un acte de souverainté), il faut être citoyen de cette nation. Nul corps (associations, organisations étrangères ONU, OMS etc...) et nul individu (étrangers) ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément. Peut on être plus clair ?


Notre démocratie est en grand danger. La droite et la gauche démontrent leur ignorance de cette DDHC qui est, je le rappelle, la base, le fondement de toutes démocraties. Les seuls politiques, peu nombreux qui contestent cette motion de vote qui sera faite à l'assemblée nationale, précisent que le droit de vote doit être réservé aux citoyens Français, mais sans jamais cité l'article 3 de cette DDHC qui leur donnerait raison et contre lequel aucun politique ne pourrait apporter de contestations.


Cet exemple que je donne du "droit de vote aux étrangers" n'est là que pour démontrer les lacunes de ceux qui ont choisit de nous représenter et dont l'ignorance abyssale nous enlève chaque jour un peu plus nos droits qui sont et il faut insister, naturels, sacrés, inaliénables et impréscriptibles !. Mais n'est ce que de l'ignorance, ou un complot savament orchestré ?

Cet article 3, comme les 16 autres qui l'accompagnent, sont régulièrement violés par la création de lois le plus souvent fourre tout, imbéciles, contradictoires et le plus souvent illisibles et incompréhensibles par le texte lui-même et des renvois à d'autres textes introuvables ou tout autant illisibles. Lorsque l'on veut tromper quelqu'un, on ne s'y prend pas autrement. Comme le signal le préambule de cette DDHC, un texte doit toujours être simple et incontestable afin que chacun puisse le lire et le comparer à ses droits.


Il y a de fortes chances pour que cette loi sur le droit de vote des étrangers soit acceptée. Je rappelle à nos représentants, dont l'impunité ne saurait durée éternellement, un petit extrait de l'article 7 de cette DDHC de 1789 :

"...Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis..."


Une loi est un ordre donné aux citoyens qu'ils doivent respecter sous peine de poursuites. Si la loi n'est pas conforme à la DDHC, c'est un ordre arbitraire dont ils devront répondre un jour ou l'autre et devront être punis. Est ce pour cette raison, malgrés des appels lancés par des citoyens, que le gouvernement ne souhaite pas voir la DDHC enseignée à nos têtes blondes et à la population en général ?

 

Il est toujours plus facile de tromper des citoyens lorsqu'ils restent ignorants de leurs droits les plus fondamentaux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

narbonne 13/10/2010 19:59



Pour le Tiers Etat le texte de la convocation est effectivement :


Participent aux élections de leurs représentants (« député ») les hommes âgés de plus de 25 ans et « compris au rôle des impositions » 


C'est curieux, pas de notion de nationalité. A moins que les étrangers ne payaient pas d'impôt.


Dans les constitutions suivantes on parle de nationalité, pour être citoyen français il fallait qu'un etranger, né à l'etranger, séjourne de 1 à 5 ans (suivants la constitution), signe un
document civique et paie des impôts.



Narbonne 12/10/2010 19:27



Merci pour toutes ces explications.


De quand date le droit de vote? et quel a été le 1er vote?



citoyen-responsable 13/10/2010 16:23



Si cela a pu t'aider à y voir un petit peu plus clair, c'est le principal.


 


Pour le droit de vote, en France, cela commence en 1789 avec les états généraux sous formes de doléances. Puis en 1792, il y a le droit de vote censitaire où seul ceux qui payent un impôt peuvent
voter. Ensuite le droit de vote s'élargit lentement à ce que l'on connait aujourd'hui.



Narbonne 11/10/2010 21:43



Je suis d'accord mais dans la ddhc 1789, il n'est jamais utilisé le terme de citoyens français mais seulement de citoyen. Un anglais est citoyen, un allemand est citoyen...De plus Article 6 : La
loi est l’expression de la volonté générale.


Je ne vois pas donc  pourquoi les étrangers en seraient exclus.



citoyen-responsable 12/10/2010 16:27



La subtilité du texte de la DDHC de 1789 est dans son universalité et s'adresse à tous les pays qui veulent en suivre les principes, c'est pourquoi tu ne verras pas le terme "citoyen français".


 


Est citoyen, celui qui participe à la vie de la nation (vote, impôts...). La loi est donc l'expression de la volonté générale, du moins de ceux qui contribue à la vie de la nation par les taxes
et impôts, ainsi que par le droit de vote réservé aux citoyens appartenant au pays dans lequel ils se trouvent. Tout comme une famille n'a pas le droit de regard ou de décision dans une autre
famille, un citoyen Belge n'a pas le droit de décision en France. C'est ce que dit aussi l'article3 :


 


Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Article 3



Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer
d’autorité qui n’en émane expressément.




narbonne 09/10/2010 14:03



J'ai véçu au Zaîre (maintenant RDC) qui  a une constitution proche de la constitution française et tout le monde disait "bonjour Citoyen" ou "bonjour Citoyenne". Cela n'avait aucun rapport
avec la nationalité. Il y avait tres peu de blancs de nationalité zairoise. C'etait justement fait pour faire une égalité entre tous les citoyens qui habitaient sur le territoire. Si
quelqu'un  disait "bonjour monsieur", on lui répondait qu'on était pas un touriste et qu'il fallait donc dire "bonjour citoyen".



citoyen-responsable 11/10/2010 17:23



Que peut bien vouloir dire le mot "citoyen" dans un régime de dictature ? Il n'a que le sens que l'on veut bien lui donner et ils auraient très bien pu s'interpeler par un autre mot comme
"camarade" s'ils avaient subit une colonisation russe.


 


L'exemple que tu me donnes est un cas particulier ayant subit une forte influence française et belge. Appeler "citoyen" une personne étrangère est un non-sens...


 


Wikipedia - "La citoyenneté comporte des droits civils et politiques et des devoirs définissant le rôle du citoyen dans la cité et face aux institutions".


 


Un étranger est tenu de respecter les lois du pays qu'il visite, mais cela n'en fait pas pour autant un citoyen de ce pays. Je suis citoyen français et à Berlin ou à à Rome je reste citoyen
français. On est d'accord ? 



narbonne 24/09/2010 20:59


Si citoyen inclus la notion de français, cela voudrait dire que "Article 6 : La loi est l’expression de la volonté générale." est une phrase pas tout à fait juste, puisque les étrangers en seraient
exclus.
Il existe des pays où les gens au lieu de dire monsieur, madame, disent citoyen, citoyenne et peut importe la nationalité.
A cet instant, je ne suis pas encore convainçu que citoyen est synonyme de français.


citoyen-responsable 09/10/2010 11:58



Cher Narbonne,


 


Le terme "citoyen" n'est absolument pas synonyme de "français". Le terme "citoyen" désigne les habitants contenus à l'intérieur de frontières bien précises et ayant la nationalité de leur pays.
Ce qui fait qu'un italien ne peut pas être citoyen français, ni belge, ni espagnol.


 


Tu peux aller au Portugal ou en Russie avec un permis de séjour, mais tu ne seras jamais un citoyen de ces pays car ta nationalité est française, que tu le veuilles ou non. Et si jamais quelqu'un
t'interpelle dans la rue par le terme "citoyen", il est de ton devoir de le détromper en lui donnant ta véritable nationalité. Dans le cas contraire et dans certains pays, tu pourrais bien être
accusé d'espionnage et enfermé pour quelques années.



Présentation

  • : Le blog de citoyen-responsable
  • Le blog de citoyen-responsable
  • : Une connaissance parfaite de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, fait de chaque citoyen un homme libre et responsable. Les mots "article" et leurs numéros sont des liens vers des commentaires expliquant chaque article.
  • Contact

Recherche